menu

Ostéopathie

L'ostéopathie est une médecine complémentaire créée par Andrew Taylor Still, (1828-1917) essentiellement basée sur des manipulations manuelles. L'hypothèse de base est que toute perturbation « mécanique » du corps (altération de la mobilité des os ou des viscères) entraîne des répercussions sur le fonctionnement global du corps, allant de douleurs localisées, articulaires, jusqu'aux migraines et aux maladies infectieuses.

Dès la création de l'ostéopathie, les ostéopathes américains se sont divisés. Une mouvance "cultiste" et l'autre "scientifique" ont émergé.

Cette dernière s'est imposée rapidemment aux États-Unis mais la mouvance dite "cultiste" prédomine en Europe.

Définition

L'ostéopathie se fonde sur quatre concepts.

  1. L'unité : celle du corps (toutes les parties sont reliées, par la vascularisation, le système nerveux, le tissu conjonctif), mais aussi de l'être vivant : l'être humain constitue un tout, rassemblant ses aspects physique, émotionnel, moral, intellectuel, spirituel.
  2. "La structure gouverne la fonction, et réciproquement" : supposant qu'un organe, même non atteint d'une pathologie organique, ne peut fonctionner correctement que si sa configuration tridimentionnelle est conforme à celle qui a été formée à l'origine, et inversement.
  3. "La loi de l'artère est suprême" signifiant que selon les ostéopathes, toute structure somatique non atteinte d'une lésion organique est capable de fonctionner normalement, pour peu que sa vascularisation soit correcte - et que l'alimentation ait fourni des nutriments qualitativement et quantitativement suffisants.
  4. La capacité d'autoguérison : évoquant le fait que le corps humain dispose de toutes les capacités d'adaptation et de défense nécessaires. Les ostéopathes fondent leur réflexion sur les conditions qui ont mis ces moyens en défaut, et tentent de lever l'obstacle.

 

Ces concepts sont appliqués à l'anatomie et à la physiologie humaine.

Le texte "Référentiel Profession Ostéopathe", établi par cinq associations ostéopathique conjointement avec les pouvoirs publics, reconnaît trois composantes majeures à l'ostéopathie : celle dite structurelle (incluant les manipulations vertébrales), l'ostéopathie viscérale (qui intéresse les organes) et l'ostéopathie crânienne. Ces deux dernières composantes sont elles-mêmes contestées par un certain nombre d'ostéopathes.

La palpation manuelle recherche les dysfonctions somatiques au sein de tous les tissus du corps. En dehors de l'interrogatoire, la main représente l'outil essentiel tant du diagnostic que du traitement.

Le gouvernement français a proposé une définition administrative de l'ostéopathie que voici :

« L’ostéopathie et la chiropraxie constituent un ensemble de pratiques manuelles ayant pour but d’identifier les dysfonctionnements de mobilité du corps et d’y remédier par des techniques appropriées. »

Cette définition n'a pas été approuvée par les associations représentatives des ostéopathes et des chiropraticiens.